top of page

Mon Enfant Ne Rentre Pas Dans Le Moule De L'Ecole!

Dernière mise à jour : 9 déc. 2021

L'Enfant est rond, l'Ecole est carrée

D'aussi loin que je me souvienne, je garde de très bons souvenirs de mes années d'école. (c'est moi sur la photo ;)

Bon sauf qu'en grande section l'une de mes petites "copines " de classe avait trouvé une super solution dès que notre petit groupe s'ennuyait :

" Et si on attaquait Déborah ?"


Et là tout le monde me courrait après!!! Sympa la copine!!

(Sur la photo de cette année scolaire j'avais gribouillé la tête des "méchants" et entouré les gentils !)

A part ça, ma scolarité était un long fleuve tranquille. J’aimais la dynamique de classe, les amis, les professeurs, etc.


Et puis je suis devenue Prof des Ecoles à 23 ans (ma première photo avec mes élèves est comique, je ressemble moi-même à une élève du haut de mon mètre 56!!).

Propulsée en double-niveau CE2/CM1 la première année, j’ai malgré tout adoré me dépatouiller avec la gestion de classe et les contenus. 

Je suis devenue une maîtresse classique dans le sens où je ne cherchais pas à sortir du cadre, mais en même temps j'étais libre d'utiliser ma créativité pour monter des projets de classe sympa (projet hiphop (oui oui!), théâtre, bande dessinée, cinéma, maquettes, exposition sur Paris…). C’était un peu l’âge d’or de “ma carrière” lol


Les années ont passé et les effectifs de mes classes ont grossi. Les réformes se sont succédées, les parents ont moins collaboré...


Et puis je suis devenue maman et mon regard sur l’enfant a changé.

L’enfant naît libre et l’adulte veut le façonner à son confort de vie. Ce n’est pas une critique mais un constat.

L'enfant nait libre et l'Ecole veut le façonner à ses méthodes frontales.

C'est un constat et une critique.


Aujourd’hui, ma représentation de l’Ecole est assez négative je dois l’avouer. A mon sens l’école publique nivelle beaucoup par le bas, surcharge de cadre, de protocoles administratifs inutiles, sous-paie les professeurs, clive les niveaux en prétextant l’égalité pour tous, utilise le numérique à outrance là où des ateliers libres type Montessori même en primaire s'avéreraient plus efficaces, met des systèmes de notes ou de notations conditionnant l'élève à se référer constamment à l'approbation des adultes pour savoir qui il est… Dans les écoles privées, on est très sélectif au vu du nombre de personnes sur liste d’attente alors on trie à l’entrée et si l’on ne rentre pas dans les cases, bye bye! Les écoles Montessori notamment font passer des tests de bonhomme aux enfants de 3 ans à l’entrée!!! Alors que Maria Montessori a commencé avec les enfants défavorisés, beaucoup de ces écoles privées ne sont réservées qu’à une élite ou au prix de privations financières des familles.  Quand on sait qu’avec trois francs six sous on peut mettre l’enfant dans un environnement tellement riche avec juste une démarche créative, cela laisse à réfléchir. Pour ma part ces réflexions et mon expérience me permettent aujourd'hui de faire la part des choses et de trouver un équilibre viable parmi tout ça. (Lisez ici mon article sur les devoirs!)

Je sais que beaucoup tentent heureusement de changer le système, je pense qu'aujourd'hui qu'il n'y a pas d'école idéale.




Comentarios


bottom of page